Le modèle allemand est-il parfait?

Publié le par paskov

De nombreux candidats et politiques en Europe admirent le modèle allemand. "Chez eux tout va bien, donc il faut suivre!" Depuis un certain temps, je répète qu'un modèle basé sur les exportations ne peut fonctionner que si d'autres pays achètent ses marchandises. L'entrée de nombreux pays dépensiers - dépensiers publics ET privés - dans la zone euro, comme l'Espagne et la Grèce a énormément contribué à la bonne santé de l'Allemagne. En effet, tout le monde ne peut pas être exportateur. Imposer le modèle allemand au reste de l'Europe est complètement absurde.

 

Gerhardschroeder01.jpgL'Organisation Mondiale du Travail (OIT) vient d'apporter un argument supplémentaire, dévastateur pour tous les amoureux de l'export à tout prix. L'ancien chancelier Gerard Schröder, actuellement à la tête du consortium en charge de la construction du gazoduc Nordstream, avait mis en oeuvre le fameux "agenda 2010". L'objectif était de réduire le coût du travail pour faire baisser les prix et ainsi favoriser les exportations. Objectif atteint quand on constate que les salaires des allemands stagnent depuis des années et que le travail à temps partiel se généralise. Bien que le chômage soit exceptionnellement bas (autour de 7%, les agences pour l'emploi doivent même licencier leurs employés!), la pauvreté s'est accrue.

 

L'OIT ose dire que cette politique des bas salaires est à l'origine de la crise! «L'amélioration de la compétitivité des exportateurs allemands est de plus en plus identifiée comme la cause structurelle des difficultés récentes dans la zone euro». Les bas salaires impliquent une moindre consommation et par conséquent, freinent fortement la croissance. : « La politique de déflation salariale n'a pas seulement amputé la consommation, restée plus d'un point de pourcentage en retrait du reste de la zone euro sur la période 1995 à 2001. Elle a aussi conduit à un accroissement des inégalités de revenus, à une vitesse jamais vue, même durant le choc de l'après réunification ». Du moment que tout va bien au niveau mondial, qu'il y a des pays dépensiers, ce modèle peut fonctionner. D'ailleurs le succès des exportations allemandes s'explique principalement par de meilleures orientations géographiques vers les émergents. Mais dans un contexte de récession, c'est la catastrophe. La croissance en Allemagne a été révisée à 0,3% en 2012.

 

Si l'OIT osait aller plus loin, elle remonterait aux années 70-80, à l'époque où la productivité a été multipliée de manière exponentielle grâce notamment à l'informatique. Le monde occidental entier a en réalité adopté à divers degrés ce modèle allemand en laissant les salaires stagner, de manière disproportionnée par rapport aux profits réalisés. Pour empêcher la croissance de ralentir, les gens devaient continuer à consommer. Pour continuer à consommer, le crédit s'est dévéloppé sans aucune limitation. Une machine à concentrer la richesse qui, un jour, ne peut plus fonctionner.

 

Durant les actuelles campagnes éléctorales, la plupart des candidats européens disent tous en choeur: Il faut relancer la production! Il faut réindustrialiser! Acheter national! Ils ont bien sûr raison, on ne peut pas vivre sur une économie de services (financiers), sur du vent. Mais aucun n'ose poser la question: Pourquoi l'argent ne va t-il plus dans la production depuis des décennies?

 

http://mobile.lesoir.be/actualite/economie/page_11171_892435.shtml

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article