Vive l'unité européenne!

Publié le par paskov

Vous avez besoin de vacances tranquilles, sur la plage ou dans les montagnes? les conclusions du sommet européen du jeudi 21 juillet en décideront! (Au moment ou j'écris, la veille du sommet, les discussions s'intensifient, suspense hitchkockien! ).

 

Grâce au Frankfurter Allgemeine Zeitung, un bref aperçu des positions actuelles des Etats Membres:

mes_enfants_se_chamaillent_sans_cesse_rubrique_article_une.jpgLa France: Les médias francais ne l'évoquent pas, mais les taux des CDS (Credit Default Swaps, assurance contre un défaut) sur les obligations de l'Etat sont déjà en train de monter. La France va t-elle se retrouver parmi les PIIGS? Le gouvernement soutient en tout cas un nouveau plan d'aide pour la Grèce tout en acceptant une participation volontaire des banques. La plus légère possible! Car les banques francaises sont très exposées. Les francais sont également en faveur d'une mutualisation complète de la dette européenne, mais il ne faut pas brusquer les allemands au nom de l'amitié sacrée. Chérie, même lors du divorce, ne laissons rien transparaître devant les enfants!

 

L'Italie qui se refinance désormais à des taux insoutenables, souhaite la solution fédérale toute de suite: l'émission de bons du trésor européens pour se sauver de la noyade sous un parapluie bleu etoilé. Un plan d'austerité voté en urgence la semaine dernière n'a rien changé à sa situation dramatique.

 

Le Portugal déjà sous perfusion est naturellement également favorable à une solution européenne. Cependant, le nouveau Premier Ministre, Passos Coelho, vient de découvrir un nouveau trou dans les finances publique que le précédent gouvernement avait soigneusement maquillé. La conclusion d'un second plan de sauvetage/austerité/restructuration pour la Grèce est un signe de mauvaise augure. Un chemin que le Portugal va devoir emprunter à son tour?

 

L'Espagne qui redevient progressivement un pays pauvre crie à l'aide: "plus de solidarité!"

 

Le gouvernement néerlandais semble vouloir s'accrocher a tout prix à la locomotive allemande. Il se rangera à la position de Mme Merkel sans hésiter.

 

Le gouvernement fédéral belge est en affaire courante depuis un an. On peut se demander s'il existe encore! En tout cas, Didier Reynders, le "ministre" des finances lance presque chaque jour un appel à une solution fédérale. N'oublions pas que la dette belge atteint les 100% du PIB national.

 

Les autrichiens, fiers de leur triple A, demandent une restructuration de la dette grecque. Pas une coupure nette, mais un étalement dans le temps. Concernant la mutualisation des dettes, "Il ne faut pas mélanger du AAA avec du non-AAA" dit Maria Fekter, ministre des finances! Pas de nutella sur la pizza!

 

Les socialistes finlandais ont dans leur dos les eurosceptiques "vrais finlandais', grands vainqueurs des dernières législatives. La délégation partie a bruxelles est officiellement pro-européenne, mais difficile de promettre un grand bond en avant.

 

Terminons avec le gouvernement allemand, complètement tiraillé entre des objectifs contradictoires. Ils sont les premiers à souhaiter réformer la finance et combattre les spéculateurs. Ils sont cependant effrayés a l'idée de porter sur leurs seules épaules l'ensemble de la zone euro grâce à des bons du trésors européens. En contrepartie, un ministère des finances européen devrait surveiller tous les Etats paresseux et mener une politique économique "à l'allemande". Mais comment concilier une telle perte de souveraineté avec l'impératif démocratique, inscrit dans le marbre de la constitution? Non, il vaut mieux une restructuration douce de la Grèce, et des plans d'austerité en série. Mais attention au crash! Les banques allemandes sont très exposées elles aussi!

 

Encore une fois, les positions de tout ce beau monde démontre qu'il n'existe aucune solution parfaite. De l'aspirine pour tout le monde! Et ensuite partons vite en vacances oublier tout ça. On réglera ça à la rentrée. Si on est encore là.

Publié dans Actualite de la crise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martin 21/07/2011 14:58


jaja, retten wir die Welt. Indes: Was alle angeht, können nur alle lösen.