The Artist

Publié le par paskov

the-artist-affiche.jpgLa nouvelle bonne idée de l'équipe des OSS 117, menée par Michel Hazanavicius, connaît un succès fulgurant dans les festivals du monde entier: les Golden Globes, les Goyas, les Baftas, les Césars et bientôt les oscars. Pourquoi un tel enthousiasme? Sans doute parce que le film a réveillé des émotions très particulières que les spectateurs n'avaient pas ressenti depuis le passage au parlant, soit depuis près de 80 ans. Seuls les cinéphiles forcenés (dont je fais partie) se rendent dans les cinémathèques pour assister aux projections de films muets, souvent accompagnée d'un pianiste qui improvise au fil des scènes. L'émotion est très particulière. De manière étrange, la relation avec le spectateur est beaucoup plus directe. Le silence des acteurs se transmet dans toute la salle. Les mines exagérées provoquent instantanément le rire ou la tristesse. De plus, entre mises en abîme et références, chaque plan de the Artist transpire l'amour du cinéma, ou plutôt de sa naissance, de ses premiers pas et de ses maladresses. Comme des parents contemplant les photos de leurs petits enfants.


Est-ce que the Artist un chef d'oeuvre? Non, plutôt une excellente idée qui devrait inciter plus de monde à regarder les films muets. De voir des gens qui ont vécu il y a 80-100 ans, leurs rires et leurs pleurs, est une expérience unique. Notamment la grande star de l'époque, Buster Keaton!

 

 

Publié dans Cinema

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article