Spéculons sur le Chocolat

Publié le par paskov

Armajaro, un hedge-fund basé à Londres vient d'acheter sur les marchés mondiaux 240.000 tonnes de cacao. Cette quantité représente 7% de la production mondiale, 15% des stocks mondiaux et 25% des stocks européens. Les prix ont atteint des niveaux jamais vu dans l'histoire de ce marché. Nul doute que les boutiques de grands chocolatiers bruxellois devront répercuter cette hausse d'ici l'hiver!

 

cacao1.pngQuand les prix auront explosé tous les records imaginables, Armajaro revendra alors son stock de 240.000 de tonnes et aura réussi un formidable coup de poker, dégageant des milliards. La finance apparaît d'autant plus "socialement utile": Les producteurs de fève n'en profiteront évidemment pas, les consommateurs dépenseront plus et le risque de faillite de nombreuses entreprises va s'accroître à cause de la volatilité des cours.

 

Une regroupement de 16 négociants de cacao tente une action en justice auprès du régulateur de la bourse, estimant qu'il s'agit d'une manipulation des cours du marché. Pourtant cela arrive tous les jours! Le rachat de terres cultivables à des fins spéculatives est devenu le sport national de la City. Le prix du blé a augmenté de 40% en moins d'un mois. Des fonds privés achètent depuis 2007 des milliers d'hectares de terres cultivables en Asie centrale et en Afrique, misant sur la hausse permanente des denrées alimentaires.

 

En effet, s'il est permis de spéculer sur le chocolat, pourquoi ne pas pas spéculer sur la famine mondiale! KBC, la première banque belge, a proposé récemment à ses clients un produit financier ultra rentable. il y était en effet possible de souscrire à une assurance vie dont la plaquette de présentation affichait ce slogan : "Tirez avantage de la hausse du prix des denrées alimentaires !". La banque y qualifiait d'"opportunité" la "pénurie d'eau et de terres agricoles exploitables" qui conduisent à "une pénurie de produits alimentaires et une hausse du prix des denrées alimentaires". Toutes les grandes banques occidentales et hedge-funds participent au même jeu. Pourvu que les émeutes de la faim s'intensifient!

 

Si ces activités ne sont pas "socialement utiles" alors qui en profite? Les 1000 employés d'Armajaro certainement. Ainsi que leurs clients, les grands de ce monde qui placent leurs fortunes dans ces fonds.  Souvent parce qu'ils sont à court d'idée après l'achat de 10 voitures, d'un château et d'une île dans le pacifique, ils ne réinjectent pas leur fortune dans l'économie réelle (en tout cas celle du luxe), mais la placent dans les fonds spéculatifs pour amasser encore plus d'argent.

 

Quel le est risque de jouer avec les matiéres premières comme le pétrole? Comme l'ont dit Sarkozy et Brown dans une tribune adressée au Wall Street Journal le 8 juillet 2009 "We must adress Oil-Market volatility" qui risque de tuer dans l'oeuf toute reprise éventuelle. Au lieu d'en discuter dans les journaux, il serait temps de prendre certaines décisions...

Publié dans Actualite de la crise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article