Soutien aux jeunes Espagnols

Publié le par paskov

La révolte des peuples remonterait-elle par la péninsule ibérique? En tout cas, de telles manifestations en Espagne n'avaient pas eu lieu depuis la mort de Franco. Alors que les autorités ont voté l'interdiction des rassemblements en raison des éléctions municipales du dimanche, les jeunes continuent d'affluer vers la Puerta del Sol à Madrid et dans les autres grandes villes du pays, notamment sur les ramblas de Barcelone.

 

extras_albumes_0.jpgOn les appelle "los indignados", le mouvement du 15 mai, ou encore "estamos pensado". Ce dernier nom me fait vraiment plaisir, car la jeunesse européenne d'habitude si passive, si peu engagée et résignée semble commencer à réfléchir à sa situation. Des commissions s'organisent, ainsi que des débats animés par des modérateurs. Les revendications sont naturellement pas très claires, comme c'est le cas pour la plupart des mouvements spontanés. Cependant le ras le bol généralisé d'une génération sans emploi a enfin pris forme en Europe.

 

"Somos personas normales y corrientes. Somos como tú: gente que se levanta por las mañanas para estudiar, para trabajar o para buscar trabajo, gente que tiene familia y amigos. Gente que trabaja duro todos los días para vivir y dar un futuro mejor a los que nos rodean."

 

à noter: l'étrange absence de cet événement dans les autres médias européens, obnibulés par l'affaire DSK, qui est pourtant un non-événement comparé aux révolutions arabes, au plan marshall proposé par Obama, à la situation qui s'aggrave à Fukushima et aux manifestants tués en Syrie. Même les journaux américains semblent plus s'y intéresser.

 

En espérant que ce mouvement pacifique de 60 000 jeunes puisse continuer à prendre de l'ampleur, alors que la crise de la dette espagnole se rapproche.

 

Quelques liens (donc voir plutôt les journaux espagnols et US):

http://www.elmundo.es/elmundo/2011/05/21/espana/1305970689.html

 

http://www.nytimes.com/2011/05/20/world/europe/20iht-spain20.html?_r=1&ref=spain

Publié dans Actualite de la crise

Commenter cet article