Rien ne va plus

Publié le par paskov

Dans la nuit du 18 au 19 mai, le gouvernement allemand a pris une mesure révolutionnaire. L'interdiction de la vente à découvert (c'est à dire parier à la baisse) en position nue (c'est à dire de la part d'un intervenant qui n'est pas exposé à une perte occasionnée par cette baisse). C'est très technique et peu compréhensible pour les non-intitiés de la finance. Les "experts" sont d'ailleurs eux-même incapables de vulgariser leur langage. 

 

Mais il faut rappeler que cette interdiction concerne notamment les Credit Default Swaps (couverture en cas de defaillance) sur les obligations des Etats européens, utilisés récemment pour faire plonger la Grèce, puis l'Espagne et le Portugal. En septembre 2008, ces instruments avaient provoqué la faillite de la banque Lehman Brothers et déjà à cette epoque on avait tenté de les réglementer sans grand succès. Ils ne servent en rien à soutenir l'economie réelle et permettent de parier des milliards sur le défaut de paiement d'une entreprise ou d'un Etat avec des conséquences auto-réalisatrices.

 

Une autre preuve que depuis quelque décennies la finance est devenue un casino géant au point que ces deux univers se confondent désormais: les firmes et agences de Wall Street recrutent les meilleurs joueurs de poker.

 

poker.jpg

Il s'agit donc de la première reponse publique depuis le déclenchement de la crise qui s'attaque aux origines de celle-ci. Une véritable lueur d'espoir. Cette initiative a provoqué une déferlente de critiques de la part des fameux "experts" financiers. Ces derniers se lamentent en pointant le risque d'un manque de liquidités dans un monde où flottent justement des milliers de milliards par dessus nos têtes. Voyant le risque d'être privés de l'un de leur jouet favori, ils continuent de plus belle d'attaquer l'euro. La hache de guerre est définitivement déterrée!

 

L'Allemagne a sans doute decidé de faire cavalier seul car elle est entourée de grands timides qui tiennent un double langage des moins subtils: La Commission Européenne et la France. Ces grands champions qui se surnomment "les tueurs de spéculateurs" affirment ne pas avoir ete consultés et ne comptent pas suivre pour le moment! L'Angleterre de son coté a depuis longtemps decidé de protéger les services financiers de la City qui pèsent 15% du PIB du pays.

 

Malheureusement l'initiative allemande restera symbolique si elle n'est pas suivie par tout le monde. C'est l'une des joies de l'intergouvernementalisme en Europe quand il y a avis de tempête. Un début de solution peut vite se transformer en début de division. En tout cas, cet évènement permet d'être un tout petit peu moins pessimiste que d'habitude.

Publié dans Actualite de la crise

Commenter cet article

paskov 20/05/2010 15:17


Oui, faut appuyer sur le bouton RESET! Et advienne que pourra :)


Quentin Th 20/05/2010 13:21


Comme d'habitude, un article intéressent avec lequel je suis d'accord.

Il y a en tout cas du chemin à faire pour limiter le casino géant. Si Madoff était adulé en promettant des taux de rentabilité proprement aberrants et n'a pas été inquiété pendant de nombreuses
années, c'est bien que de tels profits semblaient "normaux" à bien des gendarmes et des économistes....

Les règles sur lesquelles était bati le système financier étaient simplement erronés. Un peu comme si, en physique, on venait du jour au lendemain à remettre en cause la relativité. Il faut tout
revoir. Et commencer par connecter les marchés à l'économie réelle. En est-on capable avec tous les sacrifices à court terme que cela engendrerait ? Je ne pense pas.