Melancholia

Publié le par paskov

lars-von-trier-melancholia.jpgQu'est ce que la mélancolie que tout être humain ressent si fréquemment? Vendu comme un film de genre sur la fin du monde, Melancholia est en réalité un film complètement dépressif (avec une autre approche marketing, personne ne serait allé le voir..). Le réalisateur danois Lars van Trier nous fait partager sa profonde déprime de manière assez subtile. Dans la première partie, le spleen survient lors d'un mariage, censé être le moment social le plus heureux de notre vie. Kristen Dunst, par petites touches, évoque parfaitement la tristesse qui finit par la submerger. L'orgine de cette dépression reste énigmatique. Sans doute car elle est universelle et n'a pas forcément de cause directe. Dans la seconde partie, la fin du monde, cette planète bleue claire qui se rapproche pour percuter la terre n'est qu'un symbole. Cet incident dans l'univers démontre à quel point nous sommes insignifiants. Sur ce point se cache peut-être l'origine de notre mélancolie collective: l'absence de sens dans cet univers, quand le personnage principal affirme qu'il n'existe pas d'autre forme de vie. Melancholia propose une série de scènes familiales cruelles, des plans esthétiques au ralenti et quelques traits d'humour, le tout sur la musique de Beethoven. Ce n'est pas un film pour tout le monde. Lors du dernier plan, des gens dans la salle ont rigolé. J'etais plutot bouleversé.

Publié dans Cinema

Commenter cet article

Thomas Grascoeur 13/08/2011 16:45


Même remarque pour les réactions dans la salle ! c'est fou...


petit page 11/08/2011 22:46


Je partage votre conclusion et votre analyse. Si des rires ont clos la dernière image, ils furent la plupart du temps gênés et très nerveux. J'ai eu le souffle coupé suivi de légers spasmes et
ressentant une profonde tristesse proche de la douleur.
En faisant un tour sur la toile et sur votre site, je prends enfin du recul. Ce film nous a tous piégé avec cette ouverture de Tristan und Isolde de WAGNER qui nous caresse tout le long du film
pour mieux nous anéantir.