La Pologne miraculee de la crise? - Poland resisting the crisis: a true miracle?

Publié le par paskov

(English translation below)

 

Dans de nombreux journaux internationaux, on entend parler de la Pologne comme du seul pays n'ayant pas plongé dans la récession pendant la crise. Le Herald Tribunes titrait récemment "Rising Star Poland", évoquant le désir des jeunes polonais expatriés aux Etats Unis de revenir chez eux pour profiter de l'embellissement économique. Les polonais eux-même se roulent dans l'auto-satisfaction, n'hésitant pas à donner des leçons aux autres dans chaque institution européenne. Ce serait le pilotage monetaire et des politiques économiques ciblées qui auraient sauvé la mise. Pourtant en coulisse, ils savent pertinemment que cela n'est qu'hypocrisie.

 

On peut souligner premièrement qu'avec 1,7% de croissance, on n'est pas non plus un grand champion. Le ralentissement économique a bien eu lieu. De très nombreuses jeunes entreprises specialisées dans les services perdent leurs clients les uns apres les autres. Le taux de chomage a grimpé de deux points atteignant 13% en février dernier.

 

Il est vrai cependant que la Pologne s'en est mieux tiré que les autres. Beaucoup de polonais de la classe moyenne ont foi en la résistance de leur pays, mais se trompent quand ils en expliquent les raisons. Ce n'est pas simplement le résultat de la "therapie de choc" initiée dès 90 et l'adoption d'un nouveau modèle. Il y a d'abord le soutien des fonds européens avec l'entrée dans l'Union européenne qui a finance de nombreuses infrastructures. Mais ce n'est toujours pas la raison profonde.

 

J'ai entendu hier la plus grande des erreurs/mensonges : "Si la Pologne avait des autoroutes partout, on serait déjà les premiers et les plus forts!"  Il s'agit exactement du contraire. Des actions de lobbying retardent trés efficacement la construction de ce même réseau d'autoroutes. Car pour de tres nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) aux bords des petites routes, le trafic represente d'excellents chiffres d'affaire. Les belles autoroutes avec de belles stations TOTAL provoqueraient un désastre économique dans les régions frontalières.

 

En réalite, l'économie du pays se pilote quasiment en mode automatique avec un marché intérieur très solide. Les polonais en 50 de communismes, puis en 20 ans de capitalisme de choc ont appris a se débrouiller seuls et à faire marcher leur petite affaire. Un tissu unique et très riche de PME fait vivre le pays. La résistance de la Pologne à la crise peut nous proposer des pistes de réflexions tres intéressantes, à la condition d'en regarder les vraies raisons: un faible marché du crédit, une faible présence de la finance internationale et beaucoup de débrouillardise.

 

___________________________________________________________________________________________

 

(The text might be slightly different. I am too lazy to make an accurate translation, but the content and ideas remain basically the same)

 

In many international newspapers, we hear about Poland resisting the crisis better than the other EU Members. The Herald Tribune was titling an article "Poland Rising Star" relating stories of young poles returning back to their countries after some years spent in the UK or the US. The polish authorities are of course taking advantage of the situation, congratulating themselves for conducting the best economic policies. They even do not hesitate to give lessons to their colleagues in the european institutions. But behind the closed doors, everyone knows that this is pure hypocrisy.

 

Firstly, a growth of 1.7% do not allow you to claim complete victory. The economic slowdown really took place. Many of the young SMEs providing services are loosing clients every day. Unemployment rose again, reaching 13% in february.

 

However, it is true that Poland resisted better than the others. Poles of the middle class have truly faith in the economic development of their country, but they often give the wrong reasons. For them, this resistance is due principally to the end of communism and the arrival of a new model, thanks to the "shock therapy" initiated in the early 90's. After joining the European Union, the country of course benefited from european funds that helped to build a considerable amount of infrastructures. Still, there is another deeper reason.

 

I heared yesterday one of the biggest mistake/lie : "If Poland had highways everywhere, we would become the best and the strongest nation'. I believe it is exactly the opposite. Well coordinated lobbying actions are right now delaying the construction of these highways. Because many small and medium enterprises are making huge benefits along the small roads. The trafic that dramatically increased these last years provides a permanent flow of customers. Imagine what consequences the construction of huge and clean highways would have.

 

In fact, the polish economy is in an auto-pilot mode, with a very solid internal markey. During 50 years of communism and 20 years of forced capilism, the poles learned to find solutions themselves for their small businesses. A weak credit market and active SMEs definitely helped the country to resist the crisis. The case of Poland can give us some interesting ideas about the model we should be seeking, if we are willing to point out the true reasons.

Publié dans Pologne

Commenter cet article