Déclaration surprise du sommet de l'UE (avec encore quelques ratures)

Publié le par paskov

europe.jpg

 

Nous, les Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Européenne, reconnaissons amèrement que nous nous sommes complètement plantés. Pendant trois ans, nous avons écouté des économistes charlatants ou aveugles qui n'ont pas voulu remettre en cause leurs dogmes des années 70-80 et nous ont conduit à la plus grande catastrophe depuis la seconde guerre mondiale. Conscients de la gravité d'une situation quasi-désesperée, nous considérons qu'il n'est pas trop tard pour changer radicalement de cap et sortir de l'impasse. Comme le dit un proverbe très répandu dans nos contrées européennes "mieux vaut tard que jamais".


Premièrement, nous n'utiliserons plus comme indicateur économique le Produit Intérieur Brut, datant de l'après-seconde guerre mondiale et servant à estimer le potentiel de croissance de pays alors en ruine, pour prendre des décisions politiques. Nous renonçons à inscrire dans nos constitutions nationales la limite stupide d'une dette souveraine à un certain pourcentage % de ce PIB. Nous décidons de revenir au simple calcul dépenses/recettes de l'Etat comme le font la plupart des ménages (Nous lanceront une consultation citoyenne à ce sujet, car nous n'y connaissons rien). De cette façon, nous nous engageons à ne pas agir uniquement du côté des dépenses, mais également du côté des recettes.


Comme le mentionne l'OCDE dans ses études, les écarts de richesses ont atteint des niveaux sans précédent dans l'Histoire récente. Nous reconnaissons qu'une trop grande quantité d'argent se trouve dans les circuits financiers opaques et entre les mains de nos amis d'une fraction minime de la population sans jamais retomber dans l'économie réelle. L'économie n'est donc plus capable de fonctionner normalement sans une action forte du côté des gueux de la demande.


Il y a 10 ans, nous avons pensé que la monnaie unique était une excellente idée et nous l'avons mis en oeuvre dans 17 pays. Maintenant qu'elle existe, nous promettons de ne pas tout faire sauter en affichant nos désaccords. Nous décidons d'arrêter immédiatement les programmes d'austerité dans les Etats à la périphérie Nous aimons vos plages!, nous décidons de mutualiser nos dettes et nous proposerons prochainement des plans sur 10 ans pour reconstruire des économies viables.


Nous nous engageons immédiatement à nous vous protéger de la chute du système financier européen et mondial qui a lieu en ce moment. Chaque jour des pans entiers de la finance disparaissent en raison de son inéquation avec l'économie réelle. Pour cette raison, nous avons decidé d'interdire les produits financiers complexes qui créent des chaînes de créances infinies et exarcerbent le risque systémique. Ainsi, un chômeur américain ne pourra plus jamais contracter une dette qui sera démultipliée, étalée entre différents chômeurs, puis titrisée par une banque, puis échangée sur les marchés asiatiques, puis proposée à une commune de 500 habitants en France, puis vendue à une banque belge. Plus jamais ça! Promis.


En raison de l'actuelle pénurie du crédit, nous avons décidé d'enfin pendre responsabiliser les banquiers que nous avons sauvé en 2008, de nationaliser les banques et ainsi d'assurer les prêts aux entreprises afin d'éviter la plongée de notre économie dans la dépression. En cas d'effondrement total, les banques devront assurer un retrait possible minimum aux distributeurs à billet afin d'éviter la guerre civile. Quelles que soient les circonstances, nous rappellons qu'il ne sert strictement à rien de s'en prendre physiquement à nous. Nous sommes de votre côté! #gentilscitoyens. 


Nous décidons également d'abolir la spéculation sur les prix des matières premières, qui provoque l'asphyxie des producteurs ou le surcoût des prix a la consommation, entraîne des risques de famines à travers le monde et risque de provoquer à elle seule une plus dure récession mondiale. La hausse des prix du cacao et par conséquent, la hausse du prix des pralines à Bruxelles nous a fortement choqué et a motivé cette décision.


Nous sommes conscients que ces décisions révolutionnaires sont susceptibles de changer la nature de notre société. Cependant, nous souhaitons garder l'économie de marché et la liberté d'entreprendre, continuer d'entretenir des relations commerciales avec le reste du monde et préserver notre modèle démocratique et social, ainsi que les libertés individuelles. On pourrait peut être enlever le truc sur la démocratie, personne n'y croit - tais toi!


Nous avons enfin décidé d'écouter les chinois et de créer une nouvelle monnaie de réserve mondiale pour remplacer le dollar et rétablir l'équilibre commercial entre Nations grâce à une chambre de compensation. Nous, Européens, souhaitons contribuer activement à cette tâche immense. Le monde peut compter sur notre excellente expérience de la monnaie unique!  


Finalement, nous proposerons une autre modèle de croissance: européenne, durable et mieux redistribuée.

 

Merci de votre compassion.

 

europe

Publié dans Actualite de la crise

Commenter cet article