Bruxelles

Publié le par paskov

Un murmure d’eau emprunte les gouttières,

Se perd dans les ramures des demeures

Et se meurt dans le sol gorgé de bière.

De ce terreau poussent les verts en chœur !

 

Les lueurs et les briques et les grisés

Tournoient en pleurs et volent entre le ciel

Bouché et la terre sans pique, usée

Par le labour des siècles industriels.

 

Les hommes ombres empruntent les ruelles

Et se trompent aux croisements des bonnes,

Des belles et des sans vertu aucune. Qu’elle

Ne se perd pas à son tour quand elle donne !

 

Ne soufflez pas la poussière sur les tombes !

Elle recouvre nos cœurs, la beauté cachée

Et l’humeur d’hier. Les fleuves abondent

Mais nous ne voyons plus l’eau toute crachée.

 

Aucune bombe, mais de vils projectiles

Désaccordent une ville qui chavire.

Les briques sont ivres mais les dociles

S’accordent à verser et ne rien dire…

 

bruxelles037.jpg

N.B: Ce poème a été rajouté à la compilation ici.

Commenter cet article