Arrêt du cirque aérien

Publié le par paskov

Je ne résiste pas à partager une petite blague qui circule en ce moment. L'Islande sur son lit de mort a exprimé sa dernière volonté: Que ses cendres soient dispercées au dessus de l'Europe! Il en résulte la fermeture de l'espace aérien européen depuis ce weekend et des retombées économiques et sociales terribles!


  baobab@

 

Les easyjeters qui avaient prévu ce weekend de passer un bon weekend à Berlin ou dans les pays baltes pour se mettre une belle raclée d'alcool "low cost" sont restés chez eux.

 

Les innombrables fans de foot n'ont pu se rendre à leur match de la semaine.

 

Jean-Henri de la Rosière, étudiant à l'université Paris-Assas, n'a pu se rendre à Milan ce weekend pour faire son shopping et manger des pâtes comme il les aime.

 

Les toxicomanes des réunions internationales, ou plutôt les habitués de la business class sont restés bloqués dans leurs hiltons et sofitels respectifs.

 

Certains de nos grands décideurs politiques ont pris le bus! Quel sacrilège!

 

Le sort de la Grece, au bord du gouffre financier et qui devra bientot emprunter à 8%, se trouve suspendu à une hypothétique téléconférence entre ministres de l'UE. Prendre une decision il y a deux mois aurait peut-être été plus judicieux!

 

Obama n'est pas venu en Pologne pour l'enterrement des Kaczynscy (il fut premier à l'avoir annoncé, et par pure coïncidence, la plupart des délégations d'Europe de l'Ouest ont annulé leur visite dans la foulée). Mais ce fut l'occasion pour les polonais de se retrouver entre eux, moins nombreux que prévu, dans le calme.

 

Tout ce beau monde est d'humeur volcanique et montre bien peu d'humilité a l'égard de Mère Nature, accusée de menacer la reprise économique! Accusation bien pratique pour ceux qui trouvent que le poids des responsabilités devrait s'alléger en ces temps difficiles.

 

Mais ne vous inquiétez pas! Le cirque ne va pas tarder a redémarrer de plus belle. Les gouvernements, horrifiés par le compteur des pertes qui s'affole et l'éventualité de devoir sauver le secteur aerién après les banques et le secteur automobile, s'apprêtent à tout remettre en marche. Et peu importe la manière!

 

Et pourtant, on ne peut s'empêcher de penser à ces nouveaux couples qui se rencontrent dans les halls d'aeroport, à ces quartiers epargnés par la pollution sonore, au succès de notre bon vieux train, à l'occasion de prolonger ses vacances. Bref à ceux qui respirent...

Publié dans Actualite de la crise

Commenter cet article

Blanc 19/04/2010 20:17


Il est intéressant de voir que lorsque la nature se réveille, peu nombreux sont ceux qui peste contre elle. alors tous se retournent face aux pouvoirs publics, qui n'ont pas géré la crise, ont pris
trop de précautions, n'ont pas sû faire rentrer les gens comme il faut.

Cela prouve que:
d'une nous avons toujours peur de la nature
deux: notre système de transport, d'agenda, de conférences, de rendez-vous, d'impératifs, de vacances repose sur une étroite corniche (en flux tendu) que nous désirons voir réduire tant, qu'un
toussotement nous fait perdre les pédales et nous ramasser lamentablement.
trois: qu'incapables de nous stabiliser nous nous dispersons comme de vilaines fourmies dès qu'on nous signifie l'impossibilité de rentrer chez nous. Et alors tous les moyens sont bons pour tenter
de rentrer dans le seul véhicule qui roule un tant soit peu, y compris si ce même véhicule roule sur nos compatriotes. JE VEUX DORMIR DANS MON LIT !! DANS MON LIT !!!! ahahahaha !!

quatre: qu'il est bon de voir le soleil pointer enfin quand le trafic des avions cesse.


Enfin cela prouve également que si l'on veut changer un système, il suffit de trouver un volcan bien disposé.

Merci petit pays d'Islande, à peine plus peuplé que Nantes.