93,3 %

Publié le par paskov

93,3% C’est la voix de tout un peuple qui ne veut pas payer pour la cupidité des « banksters ».


 islande1.jpgLors de la faillite d'Icesave en 2008, Londres avait utilisé une loi antiterroriste afin de geler les actifs islandais sur son sol, un quasi-acte de guerre économique. Pour couper court à la panique, les gouvernements britannique et néerlandais avaient indemnisé leurs épargnants nationaux. Ils réclament aujourd'hui un remboursement de 3,9 milliards d'euros par l'Etat islandais (40% du PIB islandais en 2009). Le FMI, l’Union Européenne, tous les Etats membres exercent une pression énorme sur cette petite île afin de conclure un accord au plus vite, sous peine de bloquer les négociations sur l'adhésion à l'Union.

 

Touché et contraint par les manifestations quotidiennes, le président acceptait d’organiser un référendum sur une loi devant ratifier l’accord sur Icesave avec l’Angleterre et la Hollande. Bien sûr, les médias en parlent peu. Même s’il ne s’agit que de 300 000 habitants, cet événement historique montre les limites d’un peuple à accepter l’appauvrissement de l’Etat pour sauver le système financier. D’ailleurs, les sondages de l’opinion publique grecque me laissent souvent perplexe, voguant entre 70 et 60% d’opinion favorables selon les journaux. Ce « consentement » silencieux du peuple grec reste le principal argument de nombreux députés et ministres de tous pays pour appeler aux coupes budgétaires les plus dures.

 

Car toujours il s’agit de maintenir le système tel qu’il l’était, au lieu de le repenser. Il est à présent certain que les « obstacles » de ce genre vont se multiplier.

 

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/si-l-islande-refuse-de-banquer_852913.html#xtor=AL-447

Publié dans Actualite de la crise

Commenter cet article