2012: Des élections et un nouveau monstre

Publié le par paskov

Dans une telle période d'incertitude, il est vain de prospecter, d'émettre des hypothèses. Mais je prends peu de risques en affirmant que 2012 sera une année très mouvementée financièrement, socialement et politiquement pour notre vieux monde.

 

D'abord, la partie du monde s'affirmant "démocratique" traversera une intense période d'élection:

- Présidentielles en France en mai.

- Législatives en Espagne en mars et législatives au Portugal en Juin, deux pays sur la liste rouge pour leur dette insoutenable.

- Présidentielles aux Etats-Unis en novembre.

- Présidentielles en Russie, avec une guerre rampante entre le clan de Poutine et celui de Medvedev, à moins que ce ne soit du cinéma...

- Sans compter les surprises, avec des forts risques de démissions (Les premiers ministres japonais qui ne cessent de faire hara kiri), de dissolutions du Parlement(cette anneé en Estonie) et des refontes de Constitution un peu suspectes (Hongrie). 

 

Dans tous ces pays, il est peu probable que la situation économique s'améliore nettement. Ainsi, les peuples mécontents vont provoquer de nombreuses alternances. Les programmes des candidats répondront difficilement à leurs attentes, car la marge de manoeuvre de ces tous ces Etats endettés jusqu'au cou sera réduite à néant. Une forte abstention, le vote pour les extrêmes et des troubles sociaux sont probables.

 

Ensuite, l'immobilier commercial aux Etats-Unis atteindra son pic de défaut en 2012. L'épisode I avec l'immobilier résidentiel et la crise des subprimes n'était qu'une mise en bouche. L'épisode II se prepare avec un nouveau monstre, version commerciale: l’arrivée à maturité des prêts accordés pendant la période faste de 2005-2007, et dont le refinancement s’annonce difficile. Il s'agit des hôtels, des bureaux, des cliniques, des centres commerciaux, etc. Un excellent exemple est l'éclatement de la bulle "Dubai" en décembre 2008. Les hôtels et locaux gigantesques restaient en effet désespérément vides. Une chute des prix très brusque a failli rendre l'émirat insolvable, sauvé in extremis par les garanties d'Abu Dhabi.

 

De nombreux économistes*, membres du congrès américain mais également des banquiers centraux ont fait part de leur inquiétude. Voir le graphique:

Commercial-RE-2.jpg

Les CMBS "Commercial Mortgage-Backed Securities" sont des titres adossés à des crédits hypothécaires commerciaux. Le graphique est issu d'un rapport du congrès américain (Commercial Real Estate Losses and the Risk to Financial Stability).

 

En 2012, il faudrat également compter avec les illuminés qui croient fermement que la fin du monde interviendra à la fin du calendrier Maya... Mais ce sera certainement le cadet de nos soucis.

 

* Notamment, Paul Jorion et Patrick Artus.

Publié dans Actualite de la crise

Commenter cet article